10 étapes pour progresser en douceur vers une alimentation saine

Pour avancer, une voiture a besoin d'un carburant de qualité et adapté. Et aussi, la voiture a besoin d'une huile de qualité et adaptée. Pourquoi faut-il un carburant et une huile de qualité ?

  • Pour avoir un maximum d'énergie.

  • Pour faire le minimum de déchets et ainsi optimiser la longévité de la voiture.

L'humain est comme une voiture. Il a besoin d'une alimentation de qualité et adaptée pour avoir le maximum d'énergie, éviter de produire trop de déchets et optimiser sa longévité.

Sauf que l'alimentation gourmande et facile c'est souvent une alimentation de mauvaise qualité et inadaptée.


Comment faire pour avoir une alimentation gourmande et saine à la fois? Voici plusieurs étapes très faciles à mettre en place. Surtout, il est essentiel d'aller à son propre rythme. Aller trop vite et se frustrer, c'est générer du stress et du mal-être. L'objectif c'est d'améliorer l'alimentation SANS augmenter le stress et la frustration. Chacun a son rythme, l'important c'est d'évoluer dans la bonne direction.


1- On n'enlève rien, juste rajouter des fruits et des légumes crus.


Généralement, l'humain pense à son essence, mais pas à son huile que sont les vitamines, minéraux et oligo-éléments. Donc, on rajoute des fruits et légumes crus pour cet apport en vitamines, minéraux et oligo-éléments.Pourquoi cru ? Cette catégorie de nutriments n'aiment pas la chaleur. De plus, les manger cru ne nécessite aucune préparation.

Astuce supplémentaire : Lors des repas et des collations, il peut être intéressant de commencer par les fruits et légumes pour un effet « coupe faim » et ainsi limiter la quantité d'aliments plaisir.


2- On n'enlève rien, juste rajouter des oméga 3.


Pour une alimentation équilibrée, il est recommandé d'avoir un bon apport en oméga 3 et oméga 6. Souvent, les oméga 3 qui ont de nombreux effets bénéfiques ont un apport insuffisant.


Le plus facile est de se complémenter en oméga 3 avec des compléments alimentaires de qualité. Ou de manger des poissons gras (saumon, maquereau, sardine, hareng...) 2 fois par semaine et d'utiliser de l'huile de colza, de lin, des graines de chia, des oléagineux...pour changer les saveurs.


3- On n'enlève rien, juste choisir de la qualité.


Pour éviter d'encrasser le moteur ce qui ferait perde en énergie, choisir une essence de qualité. Pour l'humain, qualité veut dire sans pesticide, fongicide, édulcorant, colorant...Il est préférable de choisir une alimentation bio, locale et de saison et ainsi éviter tous les produits chimiques qui demandent à être nettoyés par le corps.


4- On n'enlève rien, juste manger dans le calme et doucement.


La première étape d'une bonne digestion c'est de bien mâcher.La deuxième étape d'une bonne digestion c'est de manger en quantité adaptée. Coup de chance, la première étape influence la deuxième étape.


Manger est une activité essentielle et un moment de plaisir. Manger avec des personnes appréciées, sans TV, ni téléphone et autres perturbateurs. Et surtout prendre le temps de mastiquer. De bien mastiquer c'est de permettre une bonne digestion et aussi d'informer progressivement le cerveau que nous avons assez mangé. Manger trop vite c'est comme si une voiture roulait trop vite pour être détectée par les radars. L'estomac n'aura pas le temps d'informer le cerveau qu'il est saturé entraînant gonflement, ballonnement, digestion difficile.



5- On diminue sucre et sel.

Le cerveau humain adore, raffole du sucre et du sel.Initialement, manger du sucre et du sel c'est très compliqué dans la nature. Pour nos ancêtres, manger du miel, il fallait un sacré coup de chance pour trouver une ruche sans abeille ! Du coup, lorsqu'un de nos ancêtres tombait sur des fruits ou du sel, c'était « no limit » pour le cerveau. Il fallait en profiter et faire les stocks.Sauf qu'aujourd'hui, trouver du sucre et du sel c'est très facile. Sauf, que notre cerveau a gardé l'option « no limit » face à ces ingrédients. Donc, pour cette étape, il n'y a que notre volonté pour faire face.


Une méthode simple et de ne pas jouer avec le feu. Ne rien acheter avec des sucres raffinés. Ainsi, aucune tentation lorsqu'on ouvre nos placards. Pour le sel, il suffit de saler une fois lors de la préparation, puis ranger le sel sans le laisser sur la table.


Lors des achats, privilégier les plats préparés sans sucre ajouté.


Pour la consommation de stimulants (café, thé...), privilégier le miel ou rien du tout, plutôt que d'ajouter du sucre.


Enfin, pour l'alcool (l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, boire avec modération), privilégier le vin plutôt que les cocktails qui contiennent énormément de sucre. Et comme pour le conseil 5, boire doucement permet de moins boire.


6- On n'enlève rien, juste manger les céréales et les laitages seuls.


Les céréales (surtout à gluten) et les laitages sont dans l’œil du cyclone. Est-ce qu'ils sont vraiment nocifs pour le corps humain, même quand ils sont de qualité ? Dure de répondre, surtout selon la génétique de chacun.


Plutôt que de se frustrer en les supprimant, plutôt essayer de réduire leur quantité. Une méthode simple est de les manger en fin de repas et surtout seul. En effet, les mélanges (l'art culinaire) trompent les sens de l'être humain. Par exemple, manger un hamburger ou manger chaque aliment séparément de hamburger et on mangera moins.


Déjà, il est judicieux d'éviter de saler les pâtes. Ensuite, manger des laitages ou des céréales « sans rien » est une stratégie qui permet de diminuer l'effet attractif de ces catégories d'aliments. Des pâtes natures sans rien ou des pâtes bolognaise salées ont un effet attractif très différent.


7- Privilégier les céréales complètes.


Les céréales complètes sont plus riches en fibres, vitamines et minéraux que leurs homologues raffinés. De plus, les céréales complètes ont une charge glycémique plus faible et participent favorablement à la prévention des maladies cardio-vasculaire et au diabète du type 2.


8- Vapeur douce.


La cuisson supérieure à 100 degrés, outre le fait, qu'elle détruit toutes les vitamines pourrait aussi provoquer des réactions chimiques néfastes pour le corps humain. Autant éviter toutes ces réactions qui demandent au corps humain de se nettoyer et de gaspiller de l'énergie pour ce nettoyage. Alors, autant favoriser l'aliment cru et la cuisson à la vapeur douce qui ne dépasse pas 100 degrés.


De plus, aujourd'hui, il existe de nombreux modèles d’autocuiseurs à la vapeur douce de qualité avec minuteur. Pendant que le repas cuit, nous pouvons faire autre chose.


9- Supprimer la friteuse.


Personnellement, je n'ai pas trouvé de parades, à part ne pas avoir de friteuse chez soi ! La cuisson à la friteuse a de nombreux effets négatifs sur la santé, sans parler aussi que nos habits et nos cheveux puent après chaque utilisation.


10- On cuisine des aliments brutes.


La dernière étape est de tout cuisiner soi-même avec des produits de qualité, bio, locaux, de saison et brutes ! Le corps humain possède 5 sens exceptionnels. En choisissant des produits bruts, l'odorat, le touché, la vue, le goût pourront nous dire quand un ingrédient nous fait vraiment envie. Ainsi, nous pourrons apporter les aliments réellement adaptés à nos envies et surtout à nos besoins. L'alimentation sera 100% énergisante, 100% plaisir, 0% gaspillage d'énergie.



Pour conclure:

L'important de cette méthode est de surligner avant tout l'évolution de l'alimentation d'une personne. Il est essentiel d'accepter l'étape à laquelle nous débutons. Personnellement, j'ai commencé à l'étape zéro. Tout était cuit, je mangeais beaucoup de produits industriels, je mangeais beaucoup trop en quantité. Et ensuite, on avance étape par étape sans frustration. Le seul bon rythme d'évolution c'est celui qui adapté à la personne. Et comme chaque personne est unique, la seule personne qui connaîtra son rythme c'est elle-même.



39 vues0 commentaire