Surmonter sa génétique de procrastinateur.

Dernière mise à jour : 23 nov. 2020

D'après une étude des chercheurs de l’Université d’État du Colorado (États-Unis), la procrastination est génétique. « Born to be procrastinateur ».


Pourtant, vous voulez vraiment réussir ce projet qui vous tient à cœur. Est-ce que c'est irréversible vu que c'est génétique ? Sommes-nous condamnés à regarder toutes les deux minutes si notre photo de profil a gagné des likes ? Sommes-nous condamnés à regarder toutes les vidéos de chats qui font une bêtise ?


Vous pensez être un procrastinateur dans l'âme ? Vous voulez savoir comment surmonter votre génétique ?


Tout d'abord, est-ce que cet article vous concerne ?


Vous gérez sans procrastiner votre carrière professionnelle dont vous avez toujours rêvé? Vous avez au moins vos 150 minutes de sport dans la semaine ? Vous vous êtes mis à manger sainement ? Vous consacrez suffisamment de temps à vos proches ?


Ces questions pour alerter que la procrastination ne concerne pas seulement le monde du travail.


Pour être totalement épanoui, il faut être :

  • épanoui professionnellement.

  • épanoui socialement.

  • être en bonne santé.

  • avoir de l'argent (l'argent offre la possibilité de choisir).

  • évoluer.

Alors, est-ce que vous avez un planning parfaitement équilibré pour être épanoui dans ces 5 piliers ?


Si la réponse est non, voici 10 astuces pratiques pour contrer la procrastination même si elle est génétique.


1-Objectif adapté à vous-mêmes.


Combien d'enfants remettent à plus tard leurs devoirs ? Pourtant, ils ont une énergie folle pour aller jouer. Si vous préférez regarder une vidéo de chats qui font des bêtises que votre travail, alors c'est peut-être que cette vidéo vous apporte du plaisir immédiat contrairement à votre travail.


Essayons de trouver une activité que nous apprécions vraiment. S’il n’y a pas d’amusement ou du plaisir, il faut du changement. Faire profondément ce que l'on aime permet d'avoir l'énergie d'agir.


Que faire : Trouvez une activité que vous arrivez à faire tout de suite. Que ce soit jeux vidéo, netflix, du sport, cuisiner...Peu importe que cette activité ne soit ni génératrice d'argent ou bien vue par la société. L'important est de prendre conscience que la procrastination n'est pas une fatalité !


Vous avez forcément une activité que vous ne remettez jamais au lendemain parce que vous prenez plaisir.


Astuce pratique : Si vous voulez un travail qui vous motive et qui génère des revenus, répondez aux 3 questions suivantes sur papier.

  • Qu'est-ce qui me motive vraiment ? Acceptez vos préférences.

  • Quels sont mes talents particuliers ? Acceptez vos facilités.

  • Qu'est-ce qui répond à un besoin significatif de la société ? Nous voulons gagner de l'argent et non se contenter de partager une passion.

Le métier qui vous motive vraiment répond oui aux 3 questions.


2-Objectif qui a un sens.


Vous êtes un procrastinateur. Vous allez regarder une vidéo de chats, vous allez avoir du mal à commencer votre travail. Pourtant, à un moment, lorsque vous serez dos au mur, vous allez vous y mettre. Vous avez besoin de votre salaire pour payer vos factures, vos loisirs, vos passions, votre alimentation…


Parce que vous avez un intérêt à faire votre travail, vous allez le faire.

Donner du sens, un intérêt à une action permet de contrer efficacement la procrastination. Cette efficacité est décuplée si elle est combinée avec du plaisir.


Que faire : Demandez-vous POURQUOI vous devez faire telle activité. Qu'est-ce que faire cette activité va vous apporter, ou du moins qu'est-ce qu'elle va vous éviter de subir. Prenez le temps de trouver une ou plusieurs raisons qui vous tiennent à cœur pour donner du sens à vos actions.


Astuce pratique : Personnellement, j'aime bien que mes coachés déterminent leur journée « parfaite ». Ainsi, avant chaque action, ils se demandent comment cette action peut leurs permettre de se rapprocher de cette journée parfaite.


Vous devez avoir la vision la plus claire possible de votre objectif de vie. Pour augmenter votre réussite, il est important d'écrire son objectif comme pour passer un contrat avec soi-même.


Au moment où vous risquez de procrastiner les activités importantes, demandez-vous « Qu'est-ce qui est important de faire tout de suite ? ».


Par exemple, vous occupez un travail où vous devez travailler 7 heures par jour. Si vous n'avez pas de pourquoi, vous allez peut-être rester de 8 heures à 19 heures dans l'entreprise à cause de votre procrastination.

Si vous avez un sens de finir plus tôt comme aller au sport et ensuite vous occuper de votre futur projet professionnel, procrastiner sera réellement pénalisant. Vous aurez intérêt à ne pas procrastiner et être efficace pour respecter votre planning.


Sans procrastiner, vous pourriez faire :

8h-16h : Travail avec 1 heure de pause déjeuner.

16h30-17h30 : sport.

18h00-19h00 : Futur projet professionnel qui vous plaît vraiment.


Dans les deux cas, vous agissez 11 heures par jour. Sauf que dans le deuxième cas, vous évoluez vers votre « moi idéal ».


3-Objectif calibré à nos forces et nos fragilités.


Imaginons, vous êtes novices en escalade et vous voulez essayer. Là, votre accompagnateur vous met devant une falaise extrêmement difficile, très dangereuse et sans harnais. Une erreur et c'est la mort. Qu’est-ce qui se passe ? Vous allez gentiment rester dans votre zone de confort et ne pas agir. Vous n'allez jamais démarrer votre carrière d'alpiniste.


Quand l’objectif est mal calibré (trop haut ou trop bas), vous allez vous décourager ou vous ennuyer. Combien de commerciaux travailleurs, rigoureux perdent toute efficacité face à des objectifs trop hauts par rapport à un contexte donné ? Ou inversement, combien d'équipes professionnelles de football ont perdu en coupe de France face à des équipes amateurs par manque d'envie ?


Que faire : Il faut mettre en place une stratégie adaptée au contexte, à nos forces et nos fragilités.


Astuce pratique : Pour les objectifs à moyen ou long terme, l’idéal est de les découper en petites étapes calibrées à nos forces, à nos fragilités, à notre expérience et au contexte. Ainsi, vous évitez d'enchaîner les défaites pour éviter le découragement.


« Celui qui veut atteindre un objectif lointain doit faire de petits pas. » Saul Bellow

4-Croyance positive.


Et si le côté procrastinateur venait de croyances limitantes ? Durant la petite enfance, les adultes ne nous éduquent pas, ils nous programment, c’est-à-dire que nous apprenons des croyances.


Les bonnes phrases telles que : « Tes grands-parents sont des moutons, tes parents sont des moutons, tu seras un mouton, c’est génétique. » Ou encore : « Ta mère était nulle en maths, tu tiens de ta mère. »


Et le pire, c’est qu’en plus d’y croire, nous réutilisons les mêmes stratégies qui ont amené à de tels résultats renforçant ces croyances. Même stratégie + même croyance = même résultat. Même cause, même effet.


C’est l’effet Pygmalion, mis en évidence par l'expérience de Rosenthal et Jacobson : le comportement d’une personne est influencé par ce que son entourage pense et attend d’elle ou la façon dont elle-même se perçoit. Ce phénomène est bien connu des enseignants.


Que faire : Il faut prendre conscience des croyances limitantes et les remplacer.


Astuce pratique : Arrêtez d'écouter et imiter des personnes qui ne croient pas à votre objectif. Imiter des stratégies gagnantes (avec des profils similaires) plutôt que des stratégies vouées à l’échec. Alors, avant de vous limiter, cherchez si une personne a déjà réussi votre objectif et mimez-la intelligemment. Savoir qu'une personne l'a fait c'est savoir que c'est possible. C'est s'offrir l'opportunité de suivre un « moi idéal » qui vous motive vraiment.


5-Être en forme.

L'être humain a une notice d'utilisation à respecter. Bien dormir, bien manger, se reposer, bouger, respirer de l'air de qualité, côtoyer des personnes réjouissantes, prendre le soleil (avec parcimonie) …


Souvent la reprise à 14 heures est un vrai challenge. Vous avez surtout envie de faire une sieste. Avant de maudire vos gènes de la procrastination, est-ce que vous avez suffisamment dormi cette nuit ? Vous avez votre quota de 7 à 8 heures de sommeil ? Et est-ce que vous avez mangé sainement et frugalement à midi ?


Digérer un gros repas non physiologique demande un travail colossal à votre estomac et à vos intestins. Si votre système digestif récupère toute votre énergie, alors il ne faut pas être étonné de somnoler.


Que faire : Accepter de suivre la notice d'utilisation du corps humain. Plus vous apporterez une alimentation de qualité (aliment, air respiré...), plus vous aurez de l'énergie. Vous aurez une essence de qualité qui demande peu d'efforts à votre corps pour la traiter.


Astuce pratique : Un sommeil de qualité permet de régénérer son énergie et sa concentration. De plus, de bien dormir améliore la créativité. Mettez en place des routines matinales et des routines du soir pour vous aider.


6-Accepter l'incertitude.


Pour atteindre un objectif, nous analysons nos forces, nos fragilités et le contexte. De ces informations, nous décidons de mettre en place une stratégie.

Généralement, malgré toute la meilleure volonté du monde, il y a toujours des imprévus. Des imprévus frustrants qui peuvent démotiver et provoquer une procrastination.

Plus un objectif est haut, plus l'incertitude est grande avec un fort risque d'imprévus.


Que faire : Acceptez cette réalité. Plutôt que ruminer à cause de ces imprévus et procrastiner, cherchez plutôt des solutions pour prendre des décisions qui vous permettent d'avancer vers vos objectifs. Un imprévu ne doit pas être perçu comme un désagrément, mais comme une opportunité de se renforcer et de grandir.


Astuce pratique : Se demander ce que vous contrôlez pour solutionner cet imprévu. Si vous n'avez aucun contrôle sur un facteur, alors ne perdez pas de temps. Cherchez un facteur que vous contrôlez. Et rappelez-vous que l'imitation est une stratégie efficace pour surmonter un obstacle.


Par exemple, vous avez créé un blog sur le coaching sportif en musculation et fitness. Et là, confinement, les salles de sport sont fermées. Vous n'avez aucun contrôle sur la décision d'un confinement ou non.


Plutôt que de tergiverser comment renverser la décision du confinement, se demander comment adapter vos articles, vos formations et votre coaching au contexte. Par exemple, chercher une solution pour proposer des coaching efficaces à domiciles.


Pour devenir un expert, il ne faut pas abandonner. La route est longue pour atteindre les 10 000 heures. Savoir se remettre en question et être flexible sont des caractéristiques essentielles pour réussir.


7-Gestion des émotions.

Généralement, même si nous sentons que nous pouvons gagner en performances et en bien-être, nous avons du mal à agir, car paradoxalement, nous sommes en vie.


Que nous soyons en vie est le plus important pour notre cerveau. Le cerveau préfère une vie médiocre que du changement. Qu'est-ce qui garantit au cerveau que le changement ne va pas nous mener à la mort ?


Par exemple, durant l'âge de pierre, nous avons toujours mangé tel type de végétaux et nous sommes vivants. Qu'est-ce qui nous assure que manger un autre végétal ne va pas nous empoisonner ?


Pour notre cerveau rationnel, le changement, c'est à éviter absolument.
Tel comportement = nous sommes vivants.
Changement = possibilité de mourir.
C'est pour cette raison que tout changement entraîne du stress, des questions et des milliards d'excuses pour renoncer.

La solution se divise en 2 étapes.